AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
PREMIER MINI-EVENT LANCE. VOIR ICI.
RESTEZ SUR VOS GARDES, MR. IKEDA SÉVIT A N'IMPORTE QUELLE HEURE.
MERCI DE FAVORISER LES KENMEI ET LES YUUKAN.

Partagez | 
 

 [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Jeu 21 Aoû - 19:07

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Le début de soirée approchait à grand-pas. Le soleil déclinait petit à petit; le ciel se torsadait d'un voile rosé qui couvrait son bleu habituel; les nuages s’épaississaient dans un gris de velours. Cha Yi admirait ce spectacle familier, perchée sur un rebord de fenêtre, le nez littéralement collé à la vitre. Elle était pour une fois seule dans la chambre et aucune de ses camardes ne pouvaient l'embêter dans ses nombreuses recherches. Avec un devoir de préparation aux examens, des notes à reprendre et un dossier sur les patronus, elle pouvait enfin s'éparpiller comme bon lui semblait entre son lit et le plancher. Elle se permettait même d'empiéter dans l'espace de ses camarades, après tout elles n'en sauront rien. Elle avait passé toute son après-midi à travailler.
Tout comme ses quatre précédentes années, il fallait qu'elle réussisse celle-ci avec brio. Mais le travail s'accumulait à une vitesse fulgurante et se reposer sur ses lauriers n'était pas au programme ! Loin de là ! Cha Yi ne s'accordait aucune pause, aucun répit et très peu de sommeil. Quand il était tard et qu'elle ne pouvait se permettre de réviser dans la chambre, elle allait s'installer dans la salle commune déserte éclairée par la lueur fébrile de la lune.

Dix-huit heure trente arriva avec une rapidité imbattable et Cha Yi fût bien obligée de ranger son fourbis. Elle devrait déjà se trouver à la bibliothèque là où l'attend l'un de ses partenaires d'étude. Tant pis, il pourra bien patienter un instant. De toutes façons, elle avait cette terrible et décourageante impression d'être la seule à travailler. Mise de force avec cette personne, elle aurait largement préféré faire ce dossier seule. Mais leur professeur trouvait que les recherches à faire était trop importantes pour qu'elle en prenne la charge seule; ce n'était pas pour rien si il fallait rendre ce devoir dans quatre mois. Forcément, vu sous cet angle là, ils avaient bien été condamné à se mettre ensemble.

Cha Yi s'attacha rapidement les cheveux en une longue queue de cheval avant de s'éclipser vers la bibliothèque. Cette dernière se trouvait au même étage que sa salle commune, elle y sera donc en un temps record.
Ses cheveux noués se balançaient dans un doux mouvement équilibré, ses jambes s'allongeait pour chaque pas et sa jupe froufroutait en laissant l’aperçu de ses belles cuisses. Elle traçait le sillon d'un délicieux parfum, une délicate odeur de vanille poudrée. Comme toujours, l'on se retournait à sa vue, l'on fixait le balancement de sa queue de cheval, la couleur de son uniforme et son... fessier.
Elle accéléra tout de même le pas, n'aimant pas vraiment l'idée d'être en retard. Son binôme serait capable de le lui reprocher.
Ainsi, elle poussa la porte du repère à livres à dix-huit heure trente-neuf, arrivant avec presque une dizaine de minutes de retard. Elle se dirigea directement vers les rayons, cherchant leurs livres de recherches favoris. Étonnamment ils étaient déjà tous indisponibles. Cha Yi glissa sa tête hors de l'un des rayonnage et remarqua Su'en, son camarade, plongé dans l'étude d'un livre sur les patronus. A ses côtés trônait une pile d'une vingtaine de bouquins dont les couvertures lui étaient étrangement familières.
Finalement, elle s'approcha et alla s'asseoir comme si de rien n'était, en ne prenant même pas la peine de s'excuser pour son retard aussi léger soit-il. Bien sur, aucune salutation ne fit son apparition. Elle piocha simplement l'un des livres présents sur la table et commença sa lecture. Mais au fond, ce petit gars remontait largement dans son estime ; il y mettait enfin du sien.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ santa ain't real, but satan is.

avatar
Récits : 50 Here since : 16/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Jeu 21 Aoû - 21:26

Because i love studying
Cha Yi & Su'en





Ses oreilles bourdonnaient, son souffle résonnait dans tout son être, chaque mouvement lui coutait mais Su'En ne bronchait pas: impassible il s’exerçait comme les autres. Les traits de son visage étaient durs, il n'était pas bon de l'approcher dans pareil circonstance, il avait échoué à tout ses tirs, il n'avait pas su correctement les renvoyer, pas de la bonne façon, pas comme il aurait dû. Ce n'était pas dans ses habitudes, voilà sans doute pourquoi le métisse peinait tant à refoulé toute cette colère, cette frustration ressenti face à l'échec. Son caractère, son mal profond, pleins de facteurs entraient en jeu, il était impossible que cette journée se termine bien pour le jeune homme son humeur n'allait pouvoir changer après ça. Sa batte ne cessait de fendre l'air, faisant siffler le vide autour d'elle.Su'En changeait de main avec tant d'aisance, il était doué autant dans le domaine sportif qu'en cours, c'était une tête bien faite et un corps bien bâti, on ne pouvait pas dire de même du reste de l'équipe.
De ses coéquipiers l'adonis n'en avait que faire, il ne s'occupait pas d'eux excepté lors de vrai match où Su'en était le premier à dégager la route des poursuiveurs mais laissait encore trop souvent l'attrapeur se démener, ignorant ce personnage clef d'une équipe qu'il méprisait pour ce statut non mérité. C'était un défaut d'orgueil qu'il devait encore corriger, peut être que cela allait finir par lui couter sa place il le savait, mais ce soumettre à d'autres directives que les siennes ne se faisaient pas en une saison de jeu.

Les deux pieds enfin sur la terre ferme le métisse ne perdit pas de temps et se rendit aux vestiaires, après avoir ranger son balais dans le dépôt.

Assit, les coudes appuyés sur ses genoux, il fixa comme pensif ses doigts, rougis par les nombreuses heures passées à serrer le manche en bois de sa batte. Les torsions appliquées étaient telles qu'il dû déloger quelques échardes plantées aux cœurs de chacune de ses paumes mates. Elles ne le dérangeaient pas plus que ça, cette pointe de douleur le faisait réagir positivement, il aimait se sentir vivant.
Enfouissant son visage salit par le temps et l'effort dans une serviette duveteuse il quitta les lieux, toujours en tenue de joueur, son sac de change sous le bras. Su'En ne prenait jamais sa douche en collectivité, il avait horreur de ça, lui qui avait la critique facile jugeait ça rabaissant, il n'était pas un animal il avait le droit à son intimité.
De retour aux dortoirs il se déchargea de tout son équipement et de ses vêtements alourdis par la pluie fine du début d'après midi et par sa transpiration de fin d'entrainement. L'eau était revigorante, elle nettoyait chaque impureté, elle entrainait même dans sa chute toute la fatigue qui avait commencé à s'accumuler sur ses épaules massives mais pas invincibles. La deuxième partie de journée allait pouvoir commencer, Su'En était d'attaque.

Sans un regard à sa montre le grand brun se mit en route pour rejoindre la bibliothèque quelques étages plus hauts. Son corps élancé l'aida pour avaler les marches  mais son dos en prit un coup à chaque pas, des douleurs le tiraillaient tout les soirs après une journée aussi chargée mais jamais rien de trop handicapant non plus.
Ne pas réussir à se mélanger aux autres ni le vouloir était un plus finalement pour l'adonis, qui s'épargnait ainsi les courbettes usuelles que tous étaient censé faire, devant un supérieur ou un élève plus âgé.


A cette heure-ci il n'y avait plus que quelques rats qui s'acharnaient encore à étudier, ils étaient tous regroupés, très peu souhaitaient passer ces dernières heures de la soirée isolés, trop d'histoires lugubres s'étaient répandues concernant cette vaste pièce aux plafonds hauts où flottait un parfum de vieux papier et d'encre séchée.
Les bibliothèques s'étendaient sur plusieurs mètre, depuis l'entrée il était impossible de voir jusqu'au mur du fond, et même si cela coutait beaucoup au métisse il ne pouvait mentir, c'était bien l'endroit le plus riches en ressource qu'il avait vu de sa vie.
Sans demander à être guider il gagna le rayonnage qui l'intéressait et réussit après deux allées et retour à emporter avec lui tout les grimoires et recueils concernant son sujet d'études: le patronus.
Jamais, ô grand jamais cela ne l'avait intéressé, lui qui n'avait vécu que dans l'ombre d'une famille déchue  ne pouvait concevoir posséder pareil sortilège. Il n'était pas heureux, jamais Su'en ne l'avait été et cela ne lui manquait pas. Une chose qu'on ne possède pas ne peut pas être enviée ni désirée.
Au début il avait été catégorique, ce devoir là allait se solder par un joli "F" ou "zéro" peu importe le style de notation, il ne pouvait le faire et n'en avait de toute  façon pas envie. C'est certainement en connaissant l'entêtement du presque  géant que son professeur avait décidé de le mettre en duo avec la fille la plus intéressante de la classe.

Antipathique elle l'était, pas agréable non plus mais Su'En s'en moquait, Cha Yi était jolie, Cha Yi était parfaite. Il l'avait déjà repérer, elle et ses longs cheveux noir de jais, son visage délicat, son ethnie si facilement reconnaissable dont elle abordait avec élégance et fierté tout les attraits...Cha Yi était une perle au milieu de toute cette grossièreté, de ces autres filles qui ne méritaient pas l'attention de Su'En.
Mais ce soir elle était absente, ce soir elle avait fait une erreur et cela le dérangea.

Su'en se mit au travail, il ne voulait pas perdre de temps à l'attendre et ne concevait pas de partir alors qu'il avait déjà accorder trop de temps à ce devoir. Il avait d'autres choses à faire mais avait finit par se prendre au jeu, il s'était fait avoir. Ses doigts se crispèrent sur la plume qu'ils tenaient serrés, il grattait le papier dans l'espoir de se vider la tête et cela fonctionna plutôt bien . Tout ce qu'il reportait sur son parchemin Su'en le connaissait déjà, il avait dû emprunter ce livre pour comprendre son incapacité à matérialisé une chose aussi puissante qu'un patronus. C'était si soulageant de voir que son absence de don était rationnel.
Une démarche légère brisa le silence religieux qui régné autour de lui, il n'avait pas besoin de relever la tête pour savoir de qui il s'agissait. Il resta le nez penché sur sa copie, son poignet toujours en mouvement, son autre main à plat sur le parchemin.
Elle était en face de lui, assise, elle sentait la vanille, Su'en adorait ça. Ses grands yeux aux paupières irrégulières se détachèrent alors des jolies arabesques couchés sur sa feuille et se posèrent sur la silhouette fine mais non sans forme de son duo. Elle l'ignorait, elle se comportait normalement, aucun remord ne transparaissait dans ses manières, Cha Yi ne voyait qu'elle, ne se souciait pas de lui, des autres. Après un court moment à l'observer le brun plongea la pointe de sa plume dans son encrier et alla la presser ensuite sur son buvard, toujours pensif.

Il n'avait pas fait l'effort de se peigner après sa douche, ses cheveux noirs corbeaux avaient légèrement bouclés ravivant ses origines orientales qu'il ne cachait pas sans en être fière non plus.

"Tiens, si tu veux te rendre utile, commence par celui-ci."

Sa voix n'était pas très grave mais elle ne pouvait être confondue avec celle d'une fille. Sa main tendit un large ouvrage poussiéreux et sans patience, le relâcha sur la table, juste devant Cha Yi. Aucun des deux ne s'étaient proclamés chef mais ce soir l'avantage était au warugashikoi qui était à l'heure et qui avait déjà bien avancé dans sa collecte d'informations.






Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Ven 22 Aoû - 8:49

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



L'arôme acre de l'encre s'aventura au creux de ses narines. Su'en y plongeait sa plume et griffonnait sur son parchemin avec une dextérité sans pareil. En dix minutes il avait presque rempli sa page tandis qu'elle n'avait à peine feuilleté un ouvrage. Cha Yi se senti déshonorée ; comment un warugashikoi, un membre de cette maison dont elle n'avait jamais su prononcer le nom, pouvait être plus performant au travail qu'un kenmei ? C'était une aberration qui n'avait pas lieu d'être. Il fallait remédier à cela et sans attendre !
Alors qu'elle détroussait sa plume blanche, Su'en lui donna un autre grimoire, lui ordonnant de faire ses recherches avec ce dernier. Fortement surprise par cette prise d'initiative qu'il n'avait jamais eu auparavant, elle fit les gros yeux. Avait-il le droit de lui donner cette directive ? Après tout, en un mois de recherches ça avait toujours été elle qui le commandait. Pouvait-il se rebeller sans qu'elle s'en sente humiliée ? La chinoise n'accepta pas de se faire marcher sur les pieds et préféra reprendre la lecture qu'elle avait commencé au préalable. Elle fit même mine d'avoir trouvé un renseignement intéressant pour clouer le bec à son camarade. L'encre sécha doucement, l'information qu'elle formait n'était pas très importante certes, mais au moins elle avait pu remplir deux de ses lignes.

Cependant, au bout de cinq minutes, Cha Yi dut s'avouer vaincue. Ce bouquin elle l'avait déjà étudié maintes et maintes fois et elle ne pouvait plus en tirer de nouvelles données. Elle leva sa tête et regarda le warugashikoi d'un mauvais air. Celui-ci semblait déchiffrer une nouvelle information, plume à la main. Alors qu'il était concentré, Cha Yi en profita pour l'observer un peu.
Des goûtes d'eau glissaient le long de ses mèches noirs. Elles se brisaient sur la table en bois et avaient formé une petite tâche humide. Ses petits yeux allaient de gauche à droite sur les pages manuscrites, les lisant avec un précieux intérêt. Et parfois une goûte venait se poser au coin d'une feuille ce qui risquait de déformer les écrits vieux de mille ans. Cependant, Su'en l'essuyait instantanément de son pouce en prenant le soin de ne pas détériorer les textes.
En se focalisant un peu plus sur lui, elle remarqua qu'il avait les cheveux bouclés. En voila une chose étonnante pour un asiatique ! Mais Cha Yi se rappela alors qu'il était un Jegal  et que cette importante famille de sorciers était originaire d'Irak. Mais pourquoi avait-il les traits d'un asiatique de l'est ? Sa mère devait certainement être chinoise ou japonaise. Il avait dut hériter de son visage.
Elle vit aussi que la peau du sorcier était légèrement matte, signe de son sang irakien. Il était donc né d'un subtile métissage. Cependant, elle reconnaîtra que ce mélange le rendait physiquement unique et même attirant. Bien évidement, il n'était pas son genre ; d'ailleurs elle n'avait pas de genre.
Alors que son cerveau était axé sur lui depuis tout à l'heure, Su'en écrivit un renseignement neuf sur son manuscrit et termina sa première page. Ridiculisée, la chinoise baissa ses prunelles sombres sur le grimoire qu'il lui avait demandé d'étudier. Elle l'ouvrit bien malgré elle et se plongea dans sa lecture.

La page 268 relatait l'histoire d'un étrange personnage. Né de parents moldus décédés, il n'avait pas vraiment d'espoir. Il avait atterrit dans une école de sorcier à ses dix-huit ans et n'avait aucune envie d'en être un. Il souhaitait retourner au bercail, fuir ses études. A sa quatrième année, il fut étonnamment le premier de sa classe à avoir un patronus. Ce dernier avait la forme d'un ours blanc. L'explication générale des patronus en forme d'ours blanc était inscrite juste en dessous. Mais à aucun moment l'on expliquait comment il avait pu avoir son patronus alors qu'il n'espérait pas en la vie.
Cha Yi, perturbée par cette histoire en écrivit la référence sur sa feuille et un court résumé.
La page 270 racontait une nouvelle histoire. Cette fois-ci il s'agissait d'une petite anglaise. Arrivée à l'école de sorcier à douze ans, elle maîtrisa le sort du patronus au bout de la deuxième année. Cette prouesse était impensable aux yeux de Cha Yi ! Son sort était décrit comme étant une oie à l'apparence divine et sans aucun défaut. L'explication générale des patronus en forme d'oie était inscrite juste en dessous.
A nouveau perplexe, la chinoise nota à nouveau les références et un court résumé. Elle se promit d'approfondir les recherches sur ces deux histoires.

L'élève finit par se lever pour aller chercher de nouveaux livres. Chaise rangée silencieusement et plume posée sur table, elle alla gambader entre les rayonnages. Il fallait qu'elle trouve des ouvrages sur les légendes extraordinaires. Si les deux contes qu'elle avait lu ces cinq dernières minutes s'avéraient être vrais, ils devraient bien figurer ailleurs. Mais la bibliothèque était immense et il allait être difficile de chercher avec un éventail aussi large que les "légendes extraordinaires". La kenmei partit donc se renseigner auprès de la bibliothécaire. Cette dernière lui proposa cinq bouquins qui étaient susceptibles de parler de légendes en rapport avec des patronus. Elle les fit apparaître sous ses yeux d'un coup de baguette magique. Cha Yi les pris entre ses bras frêles et remercia la sorcière.
Elle revint avec les cinq énormes grimoires qui lui vaudront bien des heures acharnées de lecture. Su'en leva la tête en entendant le "boom" que fit les livres posés sur la table. Avait-t-il remarqué la courte absence de sa camarade ?
Confortablement installée, Cha Yi commença par un livre dont la couverture bleu roi n'avait perdu aucun éclat. Les pages dorées brillaient encore sous la lueur blafarde des bougies et les illustrations qu'elles contenaient avait l'air d'être faites hier. Ce grimoire n'avait sans doute jamais été emprunté.
La kenmei observa d'abord la table des matières, espérant trouver le titre des légendes qu'elle cherchait. Cependant, rien ne la mit sur la piste ; elle feuilleta le tout mais sans succès. Déçue, elle glissa le livre sur le côté et en prit un autre.
Elle en profita pour regarder rapidement son camarade. Elle s’aperçut qu'une assez grosse écharde s'était enfoncée dans le dos de sa main. Une moue douloureuse vint tirer les traits de la jeune femme. N'avait-il pas mal ? Puis comment c'était-il fait ça ? Elle tira alors sa feuille et le livre qu'il lisait vers elle. Il vaudrait mieux pas qu'il tâche son travail à l'aide de son sang.

- " Ta main. "

En tant normal, elle ne l'aurait pas prévenu. Enfin Cha Yi pense tellement à elle qu'elle s'en fiche des échardes potentiellement enfoncée dans la main des autres. Mais là, elle faisait une petite exception. Ça pourrait minimiser les performances de Su'en au travail et elle se retrouverait avec plus de boulot qu'elle n'en a déjà. Donc elle faisait ça plus pour elle que pour lui, bien qu'il y avait un fond de sympathie dans ce geste.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ santa ain't real, but satan is.

avatar
Récits : 50 Here since : 16/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Ven 22 Aoû - 20:55

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Le bec de la plume fut une nouvelle fois noyée dans l'encre, pressée légèrement sans être courbée sur le papier buvard elle relâcha le trop plein de liquide coloré et reprit la boucle qu'elle n'avait pas achevée. La bibliothèque était si vaste, elle occupait bien un quart de tout le quatrième étage, on racontait même qu'une grande partie des lieux étaient inaccessibles aux élèves et donc garder invisible à leurs yeux. Le brun avait toujours aimé lire, même si il choisissait méticuleusement ses choix de lecture il n'en restait pas moins intrigué par cette histoire de bibliothèque interdite. Tout ce qui était défendu l'attirait, sa nature de warugashikoi prenait souvent le pas sur la raison et même si au final il pouvait en ressortir déçu il ressentait quoiqu'il arrive, ce sentiment d'achèvement, comme un travail accompli.
Su'En n'avait pas d'amis, voilà peut être pourquoi toutes ces excursions clandestines relèveraient toujours du domaine de la fiction, un fantasme imagé, lorsqu'il n'avait rien d'autre à faire pour occuper son esprit.

Sa gorge matte découverte par un col mal arrangé et une nuque étirée vers l'avant se parsema de chair de poule quand plusieurs gouttelettes échouées à la naissance de ses cheveux ondulés se mirent à dévaler toutes ensembles ses premières vertèbres cervicales si distinctes. Sa peau fine se marqua d'une ou deux tâches, rouges et circulaires qu'on aurait facilement pu interpréter avec un sourire en coin si l’identité de leur propriétaire était inconnu. Su'en ne fricotait pas, si ces stigmates étaient présents c'étaient pour tout autre chose, une allergie, une fragilité, une blessure mais jamais rien qui ne fasse esquisser le moindre amusement. Il n'avait pas de copine et n'en aurait jamais.
Les informations importantes des pages qu'il surlignait d'un regard sérieux se détachaient d'elles mêmes, elles semblaient être à part, si bien que l'adolescent arriva sans mal à les recueillir pour les joindre aux données qu'ils avaient collectés ce mois durant. Ça n'avait pas toujours été ainsi entre les deux protagonistes, l'adonis n'était pas patient, la demoiselle d'un naturel distant, tout les deux méprisants, le lien n'avait pu se créer et peinait encore aujourd'hui à se lier entre eux. Leurs petits doigts restaient désespérément libre, sans attache, maintenue par ce file rouge que beaucoup on finit par oublier.
Des contes folkloriques chéris par leurs deux patries mais ignoraient pas les principaux intéressés.

Elle était si vivace, ce cygne élancé à la chevelure ébène, sa peau était aussi pâle qu'une pierre d'opaline, elle contrastait tant avec celle de Su'en tannée comme le sable du désert.
Son sourire seulement imaginé  car jamais l'opportunité de l'observer tracé sur ce visage de poupée ne s'était présenté, il devait être rayonnant de quoi ajouter plus de charme encore à cette demoiselle déjà si parfaite.
Cette bouche, dessinée délicatement par une plume divine, perfectionniste, soulignait ces attraits féminins qui ne pouvaient tout bonnement pas être réels. Comment toutes ces qualités aussi bien physiques qu'intellectuelles  avaient pu se voir regrouper dans un seul et même être? Su'En n'était pas un garçon qui avouait facilement les choses, il avait même plutôt tendance à nier et faire preuve d'avarice en ce qui concerne compliments et aveux qui le dé-serviraient. L'évidence était trop forte et mentir il ne le pouvait.
Tenter temps bien que mal de l'ignorer ne pouvait durer qu'un temps mais Su'En l'entêté n'en avait fait qu'à ça tête,  s'étant depuis longtemps muré dans un mutisme qu'on ne lui connaissait que trop bien, lui qui préférait se taire lorsque la vérité était trop difficile à entendre pour l'autre. Cette fois les choses étaient un tantinet différentes, si sa langue restaient immobile, si ses lèvres étaient gardées scellées c'étaient pour son propre salue, lui qui se voyait déjà finir sa vie seule dans la demeure familiale rongée par le temps, délabrée.
Reconnaitre qu'une douce nymphe l'avait fait quitter sa voie, sensiblement écarté de ses fourberies et tourments quotidiens était tout bonnement impensable.
Une image qu'on aimerait à jamais figé, l'admirait de loin suffira alors car la crainte qu'une parole de travers ne brise tout reste dans les mémoires. Cha Yi était la future idéale pour le métisse mais pour que l'illusion perdure il ne pouvait s'en approcher, elle risquerait de faire tout gâché, en humaine bien réelle.

Un grincement suivit d'un bruit sourd arracha le warugashikoi de ses notes, ses grands yeux marrons aux paupières irrégulières et différentes se plissèrent quand la monticule de livre devant lui fut enfin remarquer. Imposant tout ça, n'avait-il pas déjà tout emprunté? Son regard quitta les dos reliés des grimoires pour venir se poser dans celui de sa jeune et grande camarade, attendant des explications qui ne viendraient peut être même pas.
Pas étonné qu'elle ne lui accorde pas la moindre parole, le métisse reprit son ouvrage, ne se retenant pas par moment de jeter un coup d’œil en direction de Cha Yi. Active, encore, elle ne cessait de tourner les pages, remuer les bouquins très anciens aux cuirs usés pour la plus part et aux pages rongés par les mites et l'humidité, n’existait-il pas un sort contre ces dommages incurables?  Ce fut autour de son livre de se voir mettre de coté, il y avait puisé tout ce don il avait eu besoin et un nouveau bien moins fourni en illustration fit son apparition. Sans dessins pour expliquer la force, les dégâts causés ou simplement l'interprétation d'un patronus, la tâche allait être fort ardue pour lui.

Sa plume plongea une nouvelle fois dans l'encrier, il la fit tourner un moment ,des remous couleurs abysses se créèrent à la surface, menaçant de venir s'échouer sur le buvard et bien au delà aussi. Son coude dérapa et sa plume lui échappa des doigts lorsque livre et parchemin lui furent dérobés. Perplexe il ne tarda pas à jauger la coupable d'un regard insistant.
Le membre désignait fut rapidement ausculté, tourné dans tout les sens, approché de son visage sans que le mystère ne puisse être résolu. Sa main était-elle bien la clef de cet arrêt intempestif? Une petite pointe arrêta son inspection, son ongle se heurta à une écharde plus ou moins large, enfoncée bien profondément entre deux de ses jointures. Sans vraiment prendre de gant Su'En la délogeant de là, l'envoyant voler dans la pièce.
Pas un regard pour celle qui lui avait évité une douleur qui aurait pu devenir bien plus sérieuse si le morceau de bois s'était enfoncé plus loin encore. Il se pencha au dessus de la table, sa cravate noir et verte rencontra le vieux bois et manquant de peu de finir tâcher par la cire d'une bougie à la mèche noyée. D'un coup plutôt sec il ramena à lui tout son petit matériel et se saisit de sa plume échoué sur la table, le bec salit, l'étendard partiellement tâché de bleu marine. Elle était bonne à jeter.

Sa langue fourcha, ses dents grincèrent et ses mâchoires claquèrent dans un son sinistre mais unique qui aurait pu passer inaperçu si les lieux n'étaient pas aussi désert.

"Hm...Tu n'aurais pas une seconde plume? La mienne est sale. Pleine d'encre."

Su'en n'avait pas pensé à emporter avec lui tout son barda de parfait petit élève, studieux et sérieux. Il n'avait eu le temps de pas grand chose pour être honnête et cette maladresse lui coutait beaucoup; il avait dû lui adresser la parole et plus encore car ses yeux ne purent se détacher de sa silhouette tant que sa requête ne trouvait pas de réponse. Elle avait l'air d'apprécier son efficacité aussi soudaine qu'éphémère, mieux valait donc pour tout les deux qu'elle concède à le faire et si elle n'en avait pas non plus alors le jeune homme était près à faire toutes les tables.
Comment tout les autres élèves allaient-ils recevoir la venue de ce mythe vivant, de ce tortionnaire qui n'hésitait pas à assouvir toutes ses envies discutables sur le terrain comme dans les couloirs, une cruauté rarement affiché avec autant de naturel, Su'En était au moins décomplexé dans quelque chose, c'était presque risible.

Ils ne se parlaient jamais beaucoup, une fois au début pour se mettre d'accord sur les tâches, lui n'avait fait qu'acquiescer avant d'affirmer qu'il n'était pas vraiment motiver mais qu'il s'y plierait quand même. Autant de mots enchainés destinés à une seule et même personne, Cha Yi aurait dû se sentir flatter mais il ne devait rien en être, elle était aussi rude que lui sous ses airs de jolie et précieuse chose.



Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Sam 23 Aoû - 12:09

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



La plume s'envola d'un élan disgracieux et désordonné et finit par atterrir sur la table en un inoffensif "ploc". De l'encre marine glissa lentement du bec et se mit à couler entre les zébrures du vieux bois, d'une façon irrégulière et extrêmement désagréable. Elle semblait courir entre ces stries ancestrales, se frayant un chemin à chaque embouchure. Mais la plume vidée, le liquide sombre s'amenuisa et sa course prit fin à quelques centimètres de son point de départ.

Su'en cherchait inlassablement une raison à la prise d'otage de son labeur. Il examinait sa main sous tous les angles ; ses yeux se faufilant entre les jointures de ses doigts, observant chacun de ses plis de peau. Il tâtonnait consciencieusement et découvrit sans plus tarder la raison de son arrêt. Il délogea l'écharde comme si il avait fait toute sa vie durant. Son visage ne laissa paraître aucune douleur ; il était impassible, aussi froid et dur que la glace. Bien évidement, elle n'eut droit à aucun "merci", aucun regard de sympathie alors qu'elle aurait pu se taire et laisser la blessure s'infecter.
Su'en ramena son parchemin et livre vers lui. Prêt à reprendre le travail, il attrapa sèchement sa plume d'entre ses doigts. Mais le bec s'était lamentablement écrasé suite au choc et les poils avaient été colorés par l'encre d'une façon des plus hideuses. Définitivement irrécupérable, son propriétaire grinça des dents visiblement irrité par cette perte.
Mais pourquoi toute cette comédie ? Ne lui suffisait-il juste pas de prendre une plume neuve dans son étui ? Cha Yi examina la table de ses yeux aux reflets ocres et remarqua qu'il n'avait emmené avec lui aucune trousse ; juste quatre parchemins, des grimoires empruntés et une plume désormais morte. Typique des élèves des autres maisons ! Ils étaient incapables de prendre avec eux les fournitures nécessaires à la rédaction d'un devoir.
Exaspérée par tant de leste, la chinoise balança d'un geste souple sa propre plume vers le warugashikoi. Elle était un peu abîmée et d'assez mauvaise qualité, preuve de la faiblesse de la classe sociale de la jeune femme, mais elle fonctionnait encore. Il fallait juste espérer que Su'en n'en décida pas de la lancer à son tour.

L’étui noir et brillant de Cha Yi se fit porter sur une distance avoisinant les trente centimètres. Son couvercle coulissa le long des fentes et le bout de cinq plumes devinrent visibles. La divine piocha l'une des locataires et referma la trousse d'un coup sec et bruyant. Le tintement résonna en un écho dru.
L'élève reposa la boîte prêt d'elle et trempa sa nouvelle amie dans son encrier. Elle la testa en écrivant son nom en idéogramme au coin de son parchemin.

La feuille et la plume approuvée rangées sur le côté, Cha Yi reprit le fil de ses recherches. Elle s'effaça sur les pages, les lisant avec attention. Les contes retranscrits dans ce second ouvrage n'avaient non plus aucun rapport avec les patronus. Ils contenaient plutôt des liens philosophiques avec l’espoir et l'amour mais en aucun cas l'on sous-entendait l’existence du sort Spero Patronum. En vérité, les livres suivant relataient la même chose. Les recherches de la kenmei se révélèrent inutiles et elle raya les références des contes sur sa fiche. A quoi bon les garder si elle ne trouvait aucune autre information pour les compléter ?
Elle poussa le tas de contes plus loin et emprunta l'un des livres de Su'en. Il devait bien la trouver empotée ! Elle avait feuilleté toute cette pile de beaux contes de fée pour rien ! Il avait bel et bien l'avantage sur elle pour cette séance.
Elle se sentait peut-être nulle comparée à lui mais il avait le mérite de l’impressionner. Elle n'était pas ce genre de fille qui admirait le travail des autres, au contraire ; elle avait plutôt l'habitude de n'apprécier que son propre labeur. Elle était extrêmement sérieuse et assidue, elle faisait toujours en sorte d'être attentive en classe pour y collecter le maximum de données. Elle était capable d'interrompre les professeurs afin de les corriger où de leur avouer qu'ils divaguaient sur un autre sujet. Elle trouvait que les autres étaient des singes qui s'en fichaient royalement des cours et qui trouvaient ça " cool " d'être un sorcier. Pour eux ils étaient les rois du monde, pour elle ils n'étaient que de sales vermines qui profitaient de leur baguette magique. Ce qui était étrange avec Su'en c'était qu'il se situait entre elle et les autres. Il était d'une part sérieux et d'autre part idiot. Enfin, c'est ce que Cha Yi ressentait. Il avait cette capacité de travailler mais aussi celle d'être un paresseux sans nom. Il était un rat tout en étant un bon élève.  Elle avait de suite su, lorsqu'elle l'eut comme partenaire, qu'ils partageaient de nombreux points communs. Pour autant, elle n'avait jamais fait l'effort de le connaître.
Devrait-elle se montrer moins odieuse avec lui ? Finalement, il valait nettement mieux que tout les autres ! Alors, devrait-elle réellement se montrer plus courtoise et joyeuse ? " Essaye pour voir "...

- " Il est l'heure de manger, on a assez travaillé pour ce soir. "

" Puis tu risque d'attraper froid ", elle le pensait mais elle n'allait pas non plus le lui dire. Il ne fallait pas en faire trop d'un coup, il allait trouver cela bien trop inhabituel. Cependant, un infime sourire s'était dessiné sur ses jolies lèvres roses. Il était presque invisible, certes, mais pas non plus imperceptible.

Cha Yi tendait sa main afin de récupérer sa vieille plume. Elle observait Su'en avec des yeux finement brillants. Elle s'épanouissait délicatement tel un splendide coquelicot.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ santa ain't real, but satan is.

avatar
Récits : 50 Here since : 16/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Sam 23 Aoû - 17:41

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Ralenti dans sa chute par sa première qualité de membrane d'aile d'oiseau, la plume s'échoua doucement et sans rien tâcher au bord de sa feuille, à quelques centimètres des notes noircies immortalisées par une écriture rigide et sans fantaisie. Su'en ne fut pas étonné de voir qu'elle ne lui accorda rien d'autre qu'un outil déjà bien usé, employé depuis pas mal de temps à gratter du papier. Il ne s'attendait à mieux, elle était comme lui, méfiante et condescendance. Les lèvres serrées il reprit ses écrits sans se reporter sur le livre, il annota ce qu'il lui paraissait intéressant marquant les points dont il doutait d'une petite croix dans la marge. A la fin de chacune de ces rencontres il devait remettre ses notes à sa jeune camarade pour qu'elle les couche au propre sur des parchemins sans tâches. Su'en se doutait bien qu'elle en retirait la moitié prenant la responsabilité de juger une information pertinente. La note finale n'importait pas au métisse, il était studieux avait toujours aimé les études et la compétition mais le patronus était son talon d’Achille, un échec net, clair et concis.

Les ratures entendues esquissèrent un sourire sur les lèvres de l'adolescent, fier de n'y avoir pas recours il garda ses réflexions pour lui trouvant déjà suffisant qu'elle admette d'elle-même par ce geste que tout ces nouveaux bouquins étaient inutiles. Su'en avait fait l'effort de rechercher manuellement tout ceux répertorier dans la catégorie Patronus, elle ne pouvait donc pas arriver avec ses idées lumineuses et balayer les siennes ainsi sans vergogne. C'était une petite revanche qu'il su apprécier sans en être non plus exalté.
Il enchaina sur un autre ouvrage, bien plus imposant cette fois et salissant. redressé debout pour avoir une vue général de la couverture et de la  table des matières il fit tourner prestement les pages jusqu'à celles qui le concernaient.
Un grand aigle blanc, flamboyant, une gravure animée qui lui coupa le souffle une fraction de seconde. La légende en dessous décrivait cette créature comme étant l'un des patronus les plus puissant du début du siècle dernier, appartenant à un illustre sorcier. Continuant ses recherchent il feuilleta encore quelques minutes le bouquin sans jamais rien retranscrire sur son parchemin et s'arrêta quand une nouvelle illustration apparue. L'animal n'était pas facilement reconnaissable, la forme abstraite laissait croire qu'il s'agissait d'un félin mais le sort n'était pas encore tout à fait maitrisé.  Distraitement, le métisse ramena une main contre sa poitrine, là où dans la doublure de sa cape était rangé sa propre baguette. L'incantation il ne l'avait dite que deux fois dans sa vie, une première fois en cours, humiliation cuisante devant toute sa classe d'attardés puis une seconde fois seul, chez lui dans son manoir familiale. Absolument rien ne s'était passé, la frustration seule s'était joint à la partie puis la colère d'avoir échoué.

Parce que mademoiselle l'avait décidée, ils devaient tout arrêter, le brun qui s'était entre temps attelé à reprendre l'écriture releva la tête et la dévisagea, pas certain d'avoir bien compris l'information lâchée. Il s'était habitué à cette petite routine, travailler dans le silence, n'échanger pas plus que deux mots et trois regards pendant ces séances tout ça était devenu routinier pour lui et le changement radical opéré le laissa un moment silencieux. Ses doigts abandonnèrent la plume dans la main fine de sa propriétaire, il n'avait pas le choix de suivre ses directives, il n'avait pas de quoi écrire si elle reprenait ses affaires. Rassemblant toutes les feuilles séchées à présent il les replia pour les glisser dans une petite pochette en cuir qu'il noua ensuite solidement pour qu'aucune d'entre elles ne glissent et se perdent.  Le soleil finissait son déclin dans le ciel, plongeant les lieux dans une semi pénombre nuancée d'orange et rouge, une chaleur seulement illustrées, une noirceur promise mais déjouée par les flammes de bougies pas décider à être souffler.

"Je te rends les parchemins pour que tu les relises?"

Elle le faisait presque systématiquement, il aurait pu simplement glissé la pochette sur la table, attendre qu'elle sans saisisse et sortir sans un regard en arrière mais il voulait rallonger un peu cette soirée à deux, ne pas partir tout de suite, profiter encore même si il n'en avait pas tout à fait conscience. Le cadavre de sa plume gisait encore sur la table, l'ombilic proximal brisée, taché d'encre. Hésitant le warugashikoi l'attrapa et l'enfonça dans le font de sa poche, terminant ainsi de la briser en deux.

Droit derrière sa chaise, le métisse resta immobile, les yeux fixés sur la fine silhouette longiligne de ChaYi. L'attendait-il? Devait-il partir la planter là et gagner la grande salle? Il avait faim, il était l'heure du diner, il se trouvait idiot de douter il aurait dû agir plutôt que réfléchir.
Prés à s'en aller il se ravisa, continuant d'attendre, les mains crispées sur le dossier de sa chaise. Tout les livres devant lui étaient encore éparpillés, il prit donc l'initiative d'aller les ranger sur leur étagères, se donnant un peu consistance après ce laps de temps passé à patienter.
Éloigné les bras chargés, il ne se risqua pas à regarder en arrière de peur de la savoir parti. Elle s'en moquait sans doute, il n'y avait qu'un torturé comme lui pour se prendre autant la tête.

Mains dans les poches, cheveux presque sec, c'est d'un pas lent que le brun retourna vers les tables centrales après avoir tout rangés. La bibliothécaire lui adressa un regard par dessus ses lunettes quand il passa prés d'elle mais il n'y prêta pas attention , trop préoccupé à savoir si la jeune fille l'avait attendu.


Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Sam 23 Aoû - 19:18

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Cha Yi dévisageait son partenaire qui n'avait pas l'air d'avoir compris sa requête. Oui, elle lui avait bel et bien proposé d'arrêter les recherches pour aller manger. Il était vrai qu'habituellement elle n'annonçait rien quand il étant temps de mettre un terme à la séance. Dans un premier cas, elle ne faisait que bondir de son siège d'un mouvement fluide et pour aller ranger les livres qu'elle avait emprunté. En revenant récupérer ses affaires abandonnées sur la table, elle prenait les notes du jeune homme pour ensuite les retranscrire au propre dans sa chambre. Ils se quittaient donc sans un mot. Dans un second cas, elle s'empêchait d'aller se restaurer, le laissant y aller seul. Il ne revenait jamais à la bibliothèque une fois son souper ingurgité et ne se doutait même pas que la belle y était encore.
Alors oui, il avait le droit d'être étonné et peut-être même offensé. Elle se permettait de briser leur routine avec ce fin sourire enjôleur. Suffisait-il vraiment d'un con de sourire enjôleur pour changer toutes leurs habitudes ? Qu'espérait-elle de plus ? Qu'il l'invite à sa table ? Il n'en serait rien. Su'en ira certainement ranger ses livres, lui donner ses feuilles et la laissera plantée sur sa chaise, comme toujours. " Dire que j'essaye d'être sympa " ...

Il lâcha la plume dans la paume de la chinoise et cette dernière la regarda choir ainsi. Le visage figée, elle referma sa main sur l'objet et finit par le ranger dans son étui. Cet étui était précieux aux yeux de Cha Yi. Il était d'une qualité sans nom et son ébène brillante luisait sous le feu des bougies. L'on pouvait y voir la lumière s'y refléter avec tant de justesse ! Elle le chérissait comme la prunelle de ses yeux ; il était aussi important que sa baguette magique ou que sa cape. Le son qui y retentissait lorsque l'on tapait délicatement dessus était si merveilleux. Il était plus beau que n'importe quel autre étui de marque et de prix excessif. Cha Yi était certaine que celui de Su'en n'était pas aussi majestueux et chatoyant que le sien.

Alors que son camarade rassemblait ses notes, il lui demanda d'une façon distraite si il devait les lui donner. Drôle de question ! La jeune femme jaugea son interlocuteur comme si il portait la mort prêt de son cœur. Il changeait lui aussi les habitudes qu'ils avaient pris en un mois. Jamais, ô grand jamais, il ne lui avait proposé de prendre son travail ; il l'avait toujours fait glisser sur le bureau pour qu'elle l'emmène avec elle en quittant la bibliothèque.
N'étant pas spécialement idiote, Cha Yi en conclut qu'il espérait une réponse, un dire quelconque. Par ailleurs il la fixait avec des yeux brûlants, ne bougeant plus d'un centimètre. Cette immobilité amusa l'élève qui acquiesça d'un signe de tête. Elle tira la pochette de cuir vers elle et y rajouta sa pauvre feuille raturée.
Cha Yi rangeait ses dernières affaires quand Su'en sembla se réveiller. Il avait prit sa pile de livre entre ses bras et était parti les ranger dans les rayons. Profitant de son absence pour faire de même, elle quitta elle aussi sa place un court instant.

Les étagères caressaient les dorures du plafond. Elles étaient si imposantes et si larges ! La jeune élève n'avait aucune idée d'où pouvait bien se ranger les cinq livres que la bibliothécaire avait fait apparaître. Alors, elle vagabonda entre les allées, cherchant un intitulé qui l'inspirerait au rangement. Elle croisa Su'en qui rangeait son dernier livre, mais il ne l'avait pas remarquée. Il avait l'air totalement perdu dans ses pensées.
Un peu plus loin, la kenmei tomba sur l'allée des contes pour enfants. Elle estima que c'était le bon endroit pour ranger les cinq ouvrages qui traînaient d'entre ses bras tremblant. Ils étaient si lourds et Cha Yi n'avait pas vraiment de muscles ! Elle devrait arrêter d'étudier vingt-quatre heures sur vingt-quatre et se mettre un peu au sport ! Elle déposa les grimoires là où elle trouva de la place et repartit vers la table.

Pour ne pas perdre trop de temps, elle passa entre les rayonnages. Elle se faufilait entre les étagères, cachée par les nombreux livres. Aucun des élèves assis aux tables ne pouvaient la voir passer ; pas même Su'en. Ce dernier avait d'ailleurs rejoint la leur. La divine stoppa sa course pour l'espionner de derrière les rayons. Elle ne le voyait que de dos mais elle imaginait très bien sa mine déconfite. L'attendait-elle ? Peut-être bien que oui, il n'avait aucune raison de revenir ici. Elle se surprit à pouffer et s'empêcha immédiatement de reprendre ce léger rire.
Le Jegal s'apprêta à partir. A ce moment précis, le motif de son attente surgit de l'inconnu et chercha ses affaires échouées. " C'est pas très polie de ne pas m'attendre ". Un beau sourire enfoui derrière sa masse de cheveux noirs ornait les lèvres de Cha Yi. Elle ne comprenait pas réellement la raison de cette joie subite, mais elle s'en fichait éperdument.
Debout, la tête droite, les commissures finement relevées, la pochette de cuir contre la poitrine, l'étui en main, la si belle chinoise fixait son camarade avec ses beaux yeux brillants aux reflets dorés.

- " Tu ne m'attends pas ? "

Voila des mots qu'elle pensait mais qui n'auraient pas du sortir de sa bouche. Qu'allait-il croire ? Elle n'était pas bohème et elle n'avait pas besoin de lui ! Cha Yi se refroidit immédiatement. Il n'allait pas tout de même supposer qu'il avait une quelconque chance de se rapprocher d'elle. Mais non, il n'allait rien supposer du tout. Il savait qu'elle n'était pas comme toute ces filles dont le cœur bat à toute allure lorsqu'elles s'adressent à un garçon. Elle n'était pas non plus le genre de fille à dîner avec l'un des dit garçons. Elle n'était pas cette fille ridicule qui espérait qu'un homme l'attende. Non, non et non. Elle était juste Zhang Cha Yi, fille de pêcheurs, sorcière moldus qui n'était ici que pour travailler.
Définitivement ravisée, elle prit un air assurée et hautain. Qu'attendait-il pour lui dire qu'en effet il l'avait attendue ? Qu'il voulait manger en sa compagnie ? Au fond, elle le voulait. Elle voulait le connaître, vraiment.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ santa ain't real, but satan is.

avatar
Récits : 50 Here since : 16/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Sam 23 Aoû - 21:55

Because i love studying
Cha Yi & Su'en





Sa main caressa la surface abimée de la table, ses doigts retracèrent les striures creusés dans le bois âgé, comme du braille chaque cicatrice racontait une histoire, le nombre d'élèves qui s'étaient installés là qu'ils l'avaient marqués volontairement où non, le temps qui avait fait ses propres dommages, l'humidité qui accentué le tout en gorgeant le bois, élargissant les crevasses déjà importantes. Cha Yi n'était plus là, mais son sac si alors Su'en attendit, droit, tout prés des affaires de la jeune femme. Des pas résonnaient tout autour de lui, il tendit l'oreille dans l'espoir de reconnaitre sa démarche mais il n'y arriva pas, l’acoustique n'était pas bonne, sa position, dos aux rangées de livres n'étaient pas idéale, alors il ne persista pas, penaud il patienta...Plus vraiment certain d'avoir fait le bon choix.
Changer les habitudes l'avaient quelques peu déstabilisé, lui qui n'espérait jamais rien d'autre venant d'elle et de leur relation plate et sans profondeur se voyait chamboulé par une simple phrase anodine.
Il n'y avait jamais eu de rapport courtois et naturels entre-eux, voilà peut être pourquoi les longues mains osseuses de Su'en avaient tournées moites et qu'une vive douleur s'était réveillée dans son dos, le forçant à tendre tout ses muscles pour ne pas faillir.
Dans un tel état pour des mots, surtout pour une fille si énigmatique et inaccessible, une journée qui prenait bizarrement la tournure d'un cauchemar éveillé.

Idiotie, faiblesse humaine qui n'avait pas lieu d'être, Su'en était différent, Su'en se forçait à l'être alors sur un coup de tête il rentra sa chaise correctement sous la table et tourna les talons, quittant l'endroit où il avait fait le pied-de-grue comme un pauvre imbécile. Il se disait que c'était préférable, partir avant qu'elle ne regagne sa place et ses affaires, qu'aurait-il pu dire quand elle lui aurait demander ce qu'il fichait encore là alors que leur heure était finie? La frustration aurait parler avant la raison et il aurait pu définitivement froissé cette jolie fleur aux épines tranchantes. Cha Yi apparue, un sourire rare étirait ses lèvres, une fine mèche brune retombait contre sa joue elle avait du fuir le nœud serré de l’élastique mais sa présence n'était pas gênante, elle ajouté à l'ensemble de son faciès une touche de sensualité subtile mais bienvenue.

Elle le voulait, elle aussi voulait quitter les lieux avec lui, rallonger ce moment passé à deux, ne pas y mettre un terme si rapidement. Le métisse ne put s'empêcher de reste stoïque même face à cet entrain dont elle fit part, elle était si jolie, si différente de tout à l'heure que Su'en peina à comprendre ce changement radicale. Sauter sur l'occasion était la meilleure chose à faire encore fallait-il que l'adolescent le fasse en interprétant bien les choses: ce n'était pas gagné.

"Si, mais tu as mit beaucoup de temps."

Cassant, légèrement piquant, Su'en ne pouvait pas contrôler sa nature de warugashikoi, il aurait tant aimé se montrer aimable, saisir cette chance mais tout était trop rapide, il devait d'abord tenter de se démener avec ces propres ressentis avant de prendre l'initiative d'être agréable avec quelqu'un. La jeune femme était de nouveau froide et distante, ils marchaient côte à côte mais mise à part le couloir ils ne partageaient rien, même pas la même cadence dans leurs pas.
D'autres étudiants arrivèrent, les corridors pourtant larges accueillaient beaucoup de monde, tout les deux étaient épargnés par certains points déplaisants, mais leurs tailles ne les empêchaient pas de prendre des coups d'épaules et d'être parfois serrés, compressés.  Les choses s'améliorèrent arrivé aux escaliers animés, le métisse osa même jeter un œil sur sa droite, détaillant le visage angélique de cette harpie qu'il pouvait désormais observer de tout prés, quelle opportunité qu'il n'allait pas laisser passer.
Elle semblait si inaccessible au dessus de tout et de tous, son port de tête digne des plus grandes danseuses de ballet la grandissait d'avantage, elle était parfaite, elle faisait également partie de l'élite.

Arrivé face aux larges portes ouvertes de la grande salle, Su'en s'arrêta. La faim le tiraillait mais d'autres questions bien plus intenables l'empêchaient de prendre place à sa table comme il le faisait tout les soirs. Il dinait seul, presque toujours, il n'avait pas d'amis, il mangeait comme quatre et préférait le faire rapidement avant de décamper. Bien élevé il l'était mais son isolement l'avait rendu rustre et pas vraiment apte à tenir une conversation. ChaYi était déjà loin, elle regagnait sans un regard pour lui sa table de Kenmei ...Il n'osa pas faire un pas vers elle, de dos elle l'intimidée de nouveau, ses longs cheveux noirs, sa taille dessinée, elle était son patronus; elle n'était pas à lui.
Le brouhaha ambiant n'atteignit pas le métisse qui pourtant était doté de deux oreilles légèrement décollées et assez grande, preuve qu'une réflexion peut couper totalement du monde. Son estomac se tordit douloureusement alors que son cœur parti dans une folle danse qui n'allait se soldait que par une fatigue extrême. Consterné par son propre manque d'initiative et de courage Su'en laissa son insouciance le guider et sans vraiment le réalisé sa longue silhouette imposante se dressa derrière celle assise de sa camarade de travaux.
Personne ne prêta vraiment attention à l'ombre verte, le tumulte qui régnait dans la grande salle en fut la cause.

"ChaYi...?"

Son nom, première fois prononcée à haut et intelligible voix était un acte presque inespérée, trop précoce pour l'adolescent qui se figea un moment, les bras tendus le long du corps, les poings serrés. Sa tête était vide, sa gorge sèche et sa langue pâteuse, il avait tout oublié, ce qu'il comptait faire en la dérageant, ce qu'il faisait ici dans la grande salle alors que manger était la réponse la plus logique. Quand elle tourna les yeux vers lui, un long frisson désagréable lui traversa l'échine, et tout courage le quitta.

"Je peux te parler?"

L'attirait à sa table était son idée première sa plus grande envie était de la voir assise face à lui mais il ne fallait pas trop rêver par crainte de mal gérer ensuite la déception. Il l'intima d'un regard à se lever , son corps déjà de trois quart tourné en direction de sa maison.


Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Dim 24 Aoû - 10:34

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Beaucoup de temps ? Vraiment ? Il était bien connu que les filles arrivaient toujours en retard aux rendez-vous, même si celui-ci n'en était pas un. Du moins, il n'en était plus un. Dès que Cha Yi s'eut refroidie, l'estimation tourna au claire : c'était comme si elle n'avait rien proposé. Si ces foutus mots ne s'étaient pas échappés ainsi, sans crier gare, ce timide sourire ne se serait pas enfui de ce si beau visage.
Su'en fit comme si la mine hautaine de sa camarade n'engendrait en rien leur moment " hors étude ". Ils quittèrent la bibliothèque ensemble et se retrouvèrent coincés dans la houle. Les élèves chahutaient, ayant tous la même quête journalière : se rendre au réfectoire. La grande salle se situaient au rez-de-chaussée et descendre les quatre étages n'était pas une partie de plaisir. Les kenmei du quatrième se poussaient sans faire attention au couple. Ils les séparaient et les rapprochaient en les bousculant contre les murs et en les cognant bien malgré eux. Cha Yi dû plusieurs reprises marcher sur un pied maladroit qui courait à vive allure vers la salle à manger.
Le chaos s'amplifia au troisième où le nombre de yuukan avait subitement triplé. Les mousquetons rouges et bleus se chamaillaient atrocement, brisant les tympans de la pauvre chinoise. Elle avait l'impression d'être dans la fosse aux lions d'un zoo de bas étage. Dans les couloirs bondés de pourpre, Cha Yi se retrouva fortement éloignée de Su'en. Cependant son mètre quatre-vingt-dix lui permit de le retrouver à chaque intersection. Mais à quoi bon le suivre ? Il allait vraiment finir par croire qu'elle s'intéressait à lui.
Le deuxième étage était vidé. Aucune ombre de chuugi ne se profila. Cette maison bénéficiait de la salle commune la plus proche du rez-de-chaussée et forcément elle était la première à se rendre à la grande salle. Les jaunes avaient beaucoup de chance ; ils avaient rarement l'occasion de tomber sur le troupeau de kenmei et yuukan qui bouchait leur couloir.
Finalement, au premier, la divine pût rejoindre Su'en. Un léger écart les séparait mais rien de très méchant. Il avait l'air de la chercher parmi les têtes qu'il croisait mais il finit par la voir juste derrière lui. Cha Yi gardait la tête haute, même lorsque leurs regards se croisèrent. Son air sûre d'elle faisait peur aux autres et plusieurs garçons chuchotèrent à son passage. Ils devaient certainement la trouver très belle mais totalement inaccessible. Est-ce que Su'en pensait la même chose ? La trouvait-il jolie mais effrayante ? " Peu importe... "

Arrivée à la grande salle, la kenmei choisit de rejoindre sa table sans même adresser un regard à son partenaire.
Cha Yi avait l'habitude de manger sans discuter. Elle s'installait toujours à la même place, face à une personne qui lui était totalement inconnue. Elle grignotait une aile de poulet et allait ensuite rejoindre son dortoir. En cinq minutes son dîner était bouclé.
Néanmoins, elle aurait voulu faire une exception aujourd'hui. Il aurait été appréciable de manger avec Su'en jusqu'au couvre-feu. Mais elle n'avait pas envie de faire à nouveau le premier pas, elle avait peur qu'il se fasse des films.
Confortablment installée sur son banc, Cha Yi avait déjà minutieusement pioché une pièce d'un roti. Elle ne faisait plus attention à personne. Préoccupée par le dossier, elle dégustait lentement le met qu'elle avait choisi. Elle ne faisait vraiment plus attention à personne. Si bien, qu'elle n'entendit presque pas la voix Su'en l'appeler. Mais un kenmei à la nature curieuse donna un coup de coude à sa camarade pour la réveiller.

Ses yeux pétillants observèrent le warugashikoi. Il était là, debout, figé prêt d'elle. Il la fixait en l'attende d'une réponse. Elle s'étonna à ce qu'il connaisse son nom. Il ne l'avait jamais dit auparavant et sa sonorité était différente lorsqu'elle sortait d'entre ses lèvres. Le " Cha " qui se prononçait " Tcha " avec un T  dru au devant était moins rugueux qu'à son habitude et il donnait vie au Y du " Yi " qui normalement était muet. Comment dirait-il le " Zhang " de son nom de famille ? Le énoncerait-il correctement ? Ferait-il comme tous les novices en chinois qui disent " Zang " ou lieu de " Djang " ? Elle aurait bien voulu le mettre au défi.

Alors qu'il s'apprêtait à partir, Cha Yi se leva en abandonnant son assiette. Elle le suivit vers la table des verts où personne ne sembla remarquer la présence de l’intrus. Ils s’acièrent à l'écart des autres, en bout de table, prêt des portes.

- " De quoi veux-tu que l'on discute ? "

La réponse semblait évidente, il voulait apprendre à la connaître comme elle voulait apprendre à le connaître.
La kenmei se sentait étrangement à l'aise malgré le fait qu'elle mangeait avec un garçon. Elle s'était déjà servie. Une truite grillée et quelques carottes rappées agrémentaient son assiette. Alors qu'elle finissait de remplir son verre d'eau, elle tendit la cruche à Su'en.

- " T'en veux ? "

La tête penchée sur le côté, le bras tendu vers lui, elle attendit qu'il retourne son verre. Ceci fait, elle le servit sans rien dire, reposant ensuite la cruche entre eux.
Dehors, la nuit était à l'honneur. Le noir envoûtant du ciel avait prit d'assaut la grande salle qui s'était subitement éclairée de mille-feux. L'attaque du soir fût parée, et les tourments de la nuit éloignés.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ santa ain't real, but satan is.

avatar
Récits : 50 Here since : 16/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Lun 25 Aoû - 19:29

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Si il n'avait pas fait preuve de sang froid le grand brun se serait saisi du couteau que la jeune femme tenait pour le planter dans le coude de cet idiot trop curieux qui l'avait fait se retourner. Il n'aimait pas tout ses regards que sa personne attirait, il ne pouvait rien y faire sous peine d'être sévèrement punis par son préfet ou le principal de sa maison. Su'en se contenait, y mettait beaucoup de volonté pour ne pas se voir renvoyé de l'école, la honte que cela engendrerai pour lui et sa famille le motiver à ne pas répondre à certains petits piques lancées et d'ignorer totalement les provocations de quelques élèves téméraires. Par le passé le métisse s'était déjà emporté, il n'avait pas su réfréner cette colère, surtout pas quand le provocateur avait osé remettre sur le tapis cette histoire de fuite, de lâcheté venant de ses ancêtres. Même si la sanction avait été terrible par la suite Su'en n'avait jamais regretté il avait même eu l'impression de rendre un peu justice aux siens.
Installé à sa table, tout au bout là où seulement deux paires de couverts étaient disposés  côte à côte, Su'en attendit un moment, les yeux rivés sur son assiette vide, silencieux. Il réalisait mal la faiblesse qu’il venait d’afficher publiquement, son mal le plus profond et secret lui faisait croire que toutes les attentions étaient portées sur lui, que le moindre de ses gestes allait être jugé. L’envie de tout envoyer balader était forte, congédier cette princesse qu’il avait lui-même prié de venir.
Elle l’avait suivit sans qu’il n’insiste, de toute façon il ne l’aurait pas fait et sans doute qu’elle s’en était douté. S’intéressait-elle à lui au point d’anticipé ses actes? Ou tout cela relevait-il seulement du pur hasard? Ils étaient semblables sur tant de points qu’après tout elle n’avait pas besoin de se prendre la tête, de se questionner longtemps avant d’agir ou de parler, naturellement ils adoptaient un comportement qui convenaient à l’un l’autre car ils ne voulaient pas s’agacer eux-mêmes.

Ses couverts se croisèrent sur la pièce de viande fumante, ils peinèrent un moment à découper un bout et quand enfin cela fut fait il ne réussit pas à le porter à ses lèvres. Il était gêné, même si elle n'était qu'à coté de lui il n'avait jamais manger en compagnie de quelqu'un qu'il connaissait et apprécier plus ou moins. Son estomac était noué et ses mains légèrement moites, il n'était plus certain d'avoir faim même si il était un gros mangeur de nature.
Il n'avait pas osé lui répondre quand elle l'avait relancé sur le pourquoi de son invitation mais il fut bien obligé de croiser son regard lorsqu'elle lui proposa, serviable un peu d'eau.
Elle était définitivement parfaite, le genre de femme que tout homme rêve d'avoir pour épouse, elle était d'autant plus jolie de quoi rendre fier ses propres parents pour les futurs enfants qu'ils pourraient avoir ensemble. La lignée Jegal était rare, des pures-sangs depuis des centaines d'années mais également bien fait de leur personne. Le métissage ajouté par la mère de Su'en n'avait été qu'un plus, qu'une finition de la perfection Jegal.

Un hochement de tête pour toute réponse, il ajouta à ça le mouvement de sa main vers son verre, le faisant glisser assez prés pour que la jeune fille n'est pas à tendre le bras. Elle était hautaine mais lui finalement plus renfermé qu'autre chose, c'était un rustre qui n'usait des bonnes manières que lors de grandes occasions et aujourd'hui n'en était pas une. Très grand il avait à présent le dos courbé, le nez baissé sur sa pitance sans grande joie il mangeait, le plus lentement possible pour ne pas rebuter Cha Yi.
La paranoïa faisait malheureusement parti de lui et la crainte qu'elle ne le fixe entrain de se repaitre grandissait doucement en lui. Les regards jeter en coin allaient bientôt être repérer, il s'efforçait d'avoir l'air naturel, de ne surtout pas la décevoir même en se qui concerne la découpe de chacun de ses aliments. Il savait utiliser tout ces différents couverts, il était de la haute et cela pouvait se sentir, rien qu'en le regardant.

Essuyant les commissures de ses lèvres marquées par une déformation de naissance bien corrigé par la science moldu, Su'en se détourna de toutes ces douceurs pour entretenir un semblant de conversation, qu'elle ne décide pas de s'en aller en le traitant d'insociable.

"En réalité je voulais simplement manger avec toi."

Mentir, il ne le pouvait pas et son cerveau n'était pas assez opérationnel pour créer un détour, jouer avec les mots étaient son passe-temps favoris mais ce soir cet art était rangé au placard.
Le plat des brioches fourrés au sucre était disposé beaucoup trop loin, sans héler le moindre de ses petits camarade, le brun dégaina sa baguette toujours rangé dans l'intérieur de sa cape, à droite. L'enfant était gaucher.
Un sort banal de premier année et le plat se souleva de quelques centimètre, voletant agilement au dessus d'assiettes et verres avant de venir se poser sur cette partie à l'écart, ou seulement deux élèves diners.

"Tu en veux?"

Pourquoi les choses n'étaient-elles pas aussi simple que ces envies primaires, boire , manger, dormir. Si tout était si facile Su'en n'aurait eu aucun mal à dominer les autres, imposer sa conduite et sa façon d'être mais ce n'était qu'un rêve. Il y avait des codes, des valeurs à avoir et des règles à suivre. Il était différent et il le payait cher, n'avoir personne autour de soi était le plus souvent un choix qu'il faisait mais également une contrainte imposé. Il était prisonnier de sa propre personnalité dérangeante et du mal don il souffrait sans en être responsable.




Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Mar 26 Aoû - 17:18

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Les quelques mots que Su'en avaient prononcés résonnèrent dans la tête de la jeune fille. Il voulait juste manger avec elle. Rien de plus, rien de moins. Partager un simple dîner en compagnie d'une terrifiante kenmei qui n'approchait personne. Il était le seul élève de toute l'école qui désirait cela. Enfin, il n'était pas exactement le seul... Un grand nombre d'hommes voudrait également déguster un plat avec la Belle mais leurs intentions étaient tout autre ; ils avaient pour seul but de la tirer vers leur lit et de la compter dans leurs tableaux de chasse. Elle doutait fort que les intentions du warugashikoi étaient telles !
Su'en n'avait pas du tout l'air d'un violeur en série. Bien au contraire, il donnait plutôt l'impression d'être encore vierge. Descendant d'une grande famille, on lui avait peut-être inculqué qu'il fallait se réserver pour sa future. Les Jegal ne voudraient certainement de bâtards dans leur pattes.
Cependant, il était très étonnant qu'aucune fille ne venait sonner à sa porte. Ne serait-ce que pour sa richesse ! Le sorcier était plutôt beau garçon et très grand, et toutes les filles aiment les hommes grands ! De plus, il avait un petit côté mystérieux qui était à croquer. Un grand brun ténébreux, le cliché parfait de l'homme qui faisait tomber comme des mouches les adolescentes de douze à seize ans.

Baguette magique en main, l'objet des pensés de Cha Yi fit avancer un dessert vers eux. N'ayant pas encore fini sa truite et ne supportant pas le mélange sucré-salé, la jeune femme refusa la brioche par un fluet " nom merci ".
Cha Yi mangeait comme une princesse. Délicate comme une fleur, elle portait la fourchette jusqu'à sa bouche avec une douceur sans égal. Son couteau écartelait le poisson avec précision et grâce. On avait l'impression qu'elle coupait sans faire mal, si bien que l'on voudrait sans déplaisir passer sous sa lame.  Elle ne déchiquetait jamais ses aliments, ne rompait jamais le pain et lorsqu'elle versait de la sauce dans son assiette, aucune goutte ne venait tâcher ses mets. Elle avait toujours le dos droit, la nuque déployée et la tête immobile. C'était sa fourchette qui venait à elle et jamais l'inverse.

La chinoise, assiette vidée, reporta son attention vers Su'en. Ils n'avaient pondu un seul mot depuis l'affaire des brioches au sucre. La situation en devenait presque gênante. Mais de quoi pouvaient-ils converser ? Cha Yi n'avait rien à lui demander. Peut-être que parler de quelques futilités les réveillera et leur fera trouver un sujet de conversation plus intéressant ?

" - Dis, tu as quoi comme animal ? Une chouette ? Beaucoup d'élèves ont des chouettes ici. J'ai préféré prendre un chat, il s'appelle Maomao. Mao signifie chat en chinois, il faut le dire dans les aiguës, sinon l'on risque de former un autre mot. "

" Qu'importe si il me trouve nunuche ou quoi, au moins j'aurais essayé de parler de quelque chose ". Cha Yi pinça ses lèvres, elle trouvait qu'elle en avait trop dit d'un coup. Qu'est-ce qu'il en avait à faire de la signification du nom de son chat ? Si ça se trouve il savait déjà comment l'on disait " chat " en chinois. En plus il pourrait critiquer le prénom de ce pauvre animal qui manquait cruellement d'originalité.
Su'en avait l'air perplexe. Il avait du la trouver idiote, à coup sûr !
Cha Yi prit alors une brioche pour s'empêcher de reprendre la parole et ainsi dire des idioties. Elle chercha un nouveau sujet de conversation qui sera certainement plus intéressant.

" - Tu as de la chance d'être d'une grande famille de sorciers ! Ton nom est déjà gravé quelque part... Bon, je t'avoue que je ne connais pas votre histoire, à vous les Jegal, mais votre nom est familier. J'aimerai bien que le nom de " Zhang Cha Yi " reste aussi dans les mémoires. "

Une certaine tristesse avait gagné ses yeux. Ici, elle n'était rien d'autre qu'une jolie élève de la maison kenmei. Elle avait le même rêve que la moitié des sorciers au monde ; celui d'être auror. Ce métier difficile d'accès qu'elle n'atteindra jamais. Qui craindrait une belle fille ? Qui aurait confiance en une nénette d'un mètre quatre-vingt ? Si le ministère advenait à l'engager ça serait juste pour son joli postérieur et son petit minois. En aucun cas il jugerait ses talents de sorcière.
Pourtant, devenir auror était l'unique moyen pour elle d'avoir un nom, d'être une grande sorcière. Elle qui avait l'ambition d'être plus célèbre que tous les autres ! Elle qui voulait emprisonner les plus grands mages noirs de leur époque. Elle qui ne sera jamais rien de plus qu'une élève de Wizasureru...
Cha Yi avait cette triste habitude d'auto-détruite ses rêves. Elle était de sang moldu et elle avait déjà souffert de cette pauvre origine. De plus sa classe social de pêcheur ne l'aidait pas vraiment. Lorsqu'elle voyait des gens comme Su'en qui étaient riches et purs elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle n'arriverait jamais à réaliser son rêve.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ santa ain't real, but satan is.

avatar
Récits : 50 Here since : 16/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Mar 26 Aoû - 22:13

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



La chaire de la brioche était tendre, aérée, toutes ces petits alvéoles qui donnaient de l'épaisseur à la pâte une fois cuite, un vrai régale pour les yeux autant que pour le palet, une fois qu'on croquait dedans on ne pouvait que sourire. Les cristaux de sucre se dévoilaient à la seconde bouchée rendant ce seul dessert que Su'en affectionnait encore meilleur. Le brun aurait été capable d'en manger une bonne dizaine, l'assiette entière même mais pas ce soir, pas à ce moment alors qu'un si jolie fille avait accepté de partager son diner en sa compagnie.
La regarder mangeait s'était un peu comme assister à une démonstration de bienséance, tout était si délicat, son port de tête, sa stature droite mais non rigide, le mouvement de sa fourchette qu'elle portait à ses lèvres, un rire clair ajouté n'aurait fait que parfaire ce tableau si agréable à contempler. Même l'observer assise à une table n'était pas ridicule, dénué d'intérêt cette jeune fille était la représentation même de la grâce, sa froideur n'étant qu'un plus à la rendre inaccessible.
Sa voix était une douce mélopée à laquelle Su'en aurait pu devenir accro, l'entendre encore et encore, en boucle si possible à n'importe quel moment de la journée. Au réveil le matin, lorsque avec un sourire elle lui aurait souffler de sortir du lit, le midi, alors qu'il aurait la tête dans ses livres, elle serait là à lui rappeler qu'il était grand temps d'aller manger calmer les cris de cet estomac mal-traité et puis le soir, quand éreinté il regagnerait sa chambre, elle aurait été là à lui souffler chaudement au creux de l'oreille que le repos était mérité, que son étreinte était requise qu'elle s'abandonnait à lui.
Doux rêve éveillé qui garda en haleine les gestes du métisse. Reprenant ses esprits il libéra ses deux couverts au fer marqué de buée sous la pression exercée par ses phalanges mates, ils teintèrent en rencontrant le rebord en argent plaqué de l'assiette ronde et oscillèrent un moment avant de s'immobiliser.

"Mao...Ma-o? Comme ça?"

Il ne s'intéressait pas à la chose mais sans comprendre pourquoi, comme naturellement il s'était mis à appliquer les conseils de la jeune fille, accentuant bien avec sa langue pour recréer le même son. Un petit sourire étira ses lèvres fendue par une cicatrice sur toute la longueur du philtrum. Elle n'était pas très visible, il fallait s'approcher très prés pour l’apercevoir mais son dessin était bien encré dans la chair, déformant légèrement le cœur de la lèvre. Cha Yi répéta encore une fois le nom de son matou et Su'en acquiesça alors, tout en attrapant une autre viennoiserie manie qu'il avait pour se donner bonne figure.

"Je n'ai pas d'animaux parce que je ne les aime pas."

Su'en ne pouvait allait à l'encontre de ce qu'il était, il ne pouvait faire autrement que de dire les choses telles qu'elles étaient et comme elles lui venaient à l'esprit. Il ne tergiversait jamais sur un sujet même concernant le plus délicat: celui qui traitait de son histoire personnelle. Su'en ne faisait aucune exception, il gardait ce même timbre pour tout, les aveux douloureux, les critiques et même pour les marques de sympathie.
Il ne pu cacher son étonnement lorsque la jolie chinoise lui fit part de son point de vue et admiration à propos de sa famille et de son nom. Elle n'était au courant de rien ou de pas grand chose mais cela suffisait à l'émerveiller, à la rendre envieuse. Ce sentiment de fierté retrouvé était étrange, vraiment nouveau mais Su'en su parfaitement l'apprécier, il sourit cette fois plus franchement, lui adressant un regard reconnaissant.

"Zhang...Cha Yi" pour commencer il le répéta comme elle venait de le prononcer puis poursuivit, tranchant en deux son appétissant pain au lait.

" Je suis fier de tout ce que les miens m'ont légués mais je dois également tracer ma propre route pour redorer ce blason si ancien. Ta tâche est rude, la mienne ardue mais il ne faut jamais perdre espoir. Je ne crois pas au destin, rien n'est écrit c'est à nous de le faire. "

Il était déterminer  à faire couler l'école entière, à pendre tout ces professeurs au bout de cordes rugueuses et solidement nouées à leurs cous grassouillets et blanchi par des cols qu'ils ne méritaient pas. Tout le monde cachait une part plus sombre, certains arrivaient à la dissimuler jusqu'à la fin de leur vie sans jamais éveiller de soupçon mais cette habilité était mise à mal par le regard accusateur de Su'en. Il était capable de voir, de débusquer cette noirceur enfouie, il n'avait peur de rien ni de personne il était lui même un monstre. ça nature voulait qu'il reconnaisse les siens et les élimines, Su'en devait être le seul et l'unique entouré de simple brebis sans défense.
Tuer l'autorité de l'école était un bon début, la première action à accomplir pour que le piège se referme sur l'école entière et la face disparaitre à tout jamais.
Le plan était plutôt bien ficelé, il y songeait depuis maintenant cinq ans et bien avant encore mais il n'était pas borné au point de le croire infaillible, il avait encore besoin de préciser les choses, de peaufiner l'ensemble avant de se mettre en marche.

"De toute cette école, tu es la première a qui je parle autant. En cinq années. Tu peux ne pas me croire, tu peux même n'en avoir rien à faire mais c'est un exploit et cela démontre que tu es bien plus qu'une jolie fille. Tu es intéressante, tu es intelligente. Je crois que tu arriveras sans peine à guider les autres là où tu le souhaiteras alors ne sois pas si difficile avec toi même."

ça ne lui allait tellement pas au teint, ses orbes noires n'étaient pas  fait pour refléter l'échec, cette fille devait briller assoir son pouvoir elle était la digne héritière du nom Jegal, elle était celle qu'il s'était choisi. Su'en était patient quand il le fallait, Su'en savait attendre et il était prés à patienter encore deux longues années, jusqu'à la fin de ses études. Si la demoiselle ne s'avouait pas conquise alors il n'aurait aucune pitié à la laisser périr entre les murs de l'école, quand il y mettrait le feu un sourire aux lèvres. La perche qu'il lui tendait était donc la seule sur le long terme qu'elle recevrai, sans le savoir le destin de la jeune fille était entre ses propres mains, à elle de faire le bon choix.
Cha Yi lui avait déjà saisi sa chance en se laissant aborder, elle n'était pas idiote elle était de la même trempe que lui.





Revenir en haut Aller en bas
hello there
悪賢い ▽ beauty may be dangerous but intelligence is lethal.

avatar
Récits : 101 Here since : 18/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   Jeu 28 Aoû - 9:21

Because i love studying
Cha Yi & Su'en



Sa prononciation du mot " chat " la fît légèrement sourire. Il n'y était vraiment pas. Il fallait prononcer ce mot en une seule syllabe distincte et non en deux comme il venait de le faire. De plus, il fallait prendre une voix aiguë et plate sinon l'on risquait de dire " roseau " ou encore " pelouse " ce qui était totalement à l'opposé de " chat ". Elle lui aurait bien demandé de réessayer mais il enchaîna de suite sur le fait qu'il n'avait aucun animal. La cause ? Il ne les aimait tout simplement pas.
A vrai dire, Cha Yi n'aimait pas non plus les animaux. Elle avait trouvé Maomao sur un chemin et comme il était autorisé d’amener de petites bêtes à l'école, elle s'était permis de le prendre avec elle. Mais si le fruit du hasard l'avait empêchée de faire cette rencontre fortuite, elle serait elle aussi sans bestiole à déclarer.

Cha Yi grignotait soigneusement sa brioche au sucre. Elle avait remarqué que son camarade appréciait beaucoup ce dessert. Il l'avait savouré il y a quelques instants avec des yeux bien trop pétillants. La jeune femme imagina qu'il y rattachait un souvenir d'enfance comme les madeleines de Proust pour qui l'auteur y revoyait sa grand-mère. Elle se rappela alors qu'elle n'avait aucun souvenir joyeux en rapport avec la nourriture. Il y avait juste sa mère qui lui faisait des cakes au chocolat à son anniversaire. Mais depuis sa noyade, elle ne voulait plus vraiment en manger sauf qu'elle ne l'avait jamais avoué à sa maman. En fait, elle n'avait aucun souvenir de joie. Son enfance s'était résumé à être une élève parfaite et une fille de pêcheurs. Elle avait pris une nombre incalculable de fois cette vieille barque en bois avec son père pour aller pêcher la truite. Elle ne comptait plus non plus le nombre de fois où elle était parti faire les courses à la place de sa mère. Ses parents étaient très vieux, leurs soixante-dix ans approchaient à grands pas. Ils avaient prêt de cinquante ans lorsqu'ils eurent Cha Yi ! La jeune fille se demandait souvent comment ils avaient pu faire. La cinquantaine est un cap honorable, cependant il n'est pas conçu pour avoir son premier enfant.

Alors que la kenmei se torturait l'esprit, Su'en était concentré sur la prononciation du prénom de la belle. Il s'était trompé sur la tonalité du " Yi " mais le reste était plutôt correct. Il enchaîna directement sur sa famille et elle l'écouta d'une oreille bien distraite. Il parlait de redorer son blason, de tracer sa route... De Cha Yi. Elle se réveilla à l'entente de quelques compliments et elle le jugea. Il estimait qu'elle était plus que belle, qu'elle était intelligente et qu'elle méritait à ce que l'on s'intéresse à elle.
Les comissures légèrement remontées par tant d'éloges, elle le regarda au fond de ses yeux noirs. Elle cru y voir le diable y bruler durant un instant.

- " J'espère pouvoir guider les gens là où je le veux. Bien que je n'ai besoin de presque personne pour devenir ce que je veux être. J'aurais juste besoin de mon talent et de mes pouvoir. Il me suffit d'impression les autres ! . J'estime être la meilleure en tout mais l’échec n'est pas improbable. Mais Zhang Cha Yi deviendra l'élite. "

Regonflée à bloc, elle se leva d'un coup sans qu'aucun geste ne pu prévenir quelqu'un au préalable. Oui, elle deviendra l'élite. Lorsqu'elle avait annoncé cette certitude, sa voix était devenue légèrement plus forte, plus audible et plus claire. Oui, elle deviendra vraiment l'élite.
Pas un merci, pas un au revoir, elle quitta la grande salle d'une démarche assurée, telle la plus grande des reines.

Revenir en haut Aller en bas
hello there
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] Because i love studying < ft. Jegal Su'en

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» [JOB] We Love Motion recherche un Monteur vidéo
» [Cross] Obscure Love
» Une chanson ayant pour refrain "free love it"
» LOVE ME LIKE YOU DO. depuis le 16 mars 2015.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
W I Z A S U R E R U :: 
CORBEILLE.
 :: ✎ rest in peace :: les rps
-